Taking on tradition: Emmanuel Ferry’s selection step-change

pdf Télécharger cet article au format PDF

Publié le 24 juin 2014

 

Par Chris Sloley, Citywire Global

 

C’était l’opportunité de faire les choses différemment qui a d’abord attiré Emmanuel Ferry à la Banque Pâris Bertrand Sturdza – banque privée nouvellement formée il y a cinq ans.

A l’époque, les banques privées Suisses étaient confrontées à une pression croissante de la part des organismes de régulation des États-Unis dans un environnement de crise financière mondiale. C’était donc le bon moment pour proposer une alternative.

«Quand nous avons créé cette banque en 2009, les Associés – Pierre Pâris et Olivier Bertrand – avaient quitté UBS pour créer un nouveau modèle », dit-il.

Soulignant ce point, M. Pâris a commenté à l’époque que l’entreprise a été conçue comme une alternative à la longue tradition de banques privées Suisses.

Pour se démarquer de leurs pairs déjà établis, il ajoute: «La crise a nui à la crédibilité des banques. Les très grandes fortunes ont besoin d’un service différent de ceux actuellement proposés».

La vision du trio a porté ses fruits et, bien que le développement d’une boutique dans l’univers très concurrentiel de la banque privée Suisse puisse sembler compliqué, la Banque Pâris Bertrand Sturdza a réussi son pari.

En tant que CIO, M. Ferry supervise maintenant environ 3 milliards de francs (€ 2,47 milliards) à la fois pour des clients privés et des investisseurs institutionnels, avec un fort développement de ce dernier groupe de clients qui représente maintenant  50% des actifs sous gestion.

«C’était une grande surprise parce que généralement il faut du temps pour développer une franchise dans l’espace institutionnel, mais aujourd’hui, il y a une forte demande pour les styles diversifiés, et les investissements non biaisés qui sont capables de représenter une alternative à l’investissement passif ».

«La taille de l’entreprise n’est plus pertinente pour un client. La transparence, la compétitivité et l’expertise sont les nouveaux critères discriminants et nous y répondons en tant que banque privée Suisse sans les problèmes hérités du passé», dit M. Ferry.